Jacques en a du bol – Insolite (le Télégramme).

Jacques Gorin est un collectionneur peu commun. Depuis plus de 30 ans, le Plozévetien recherche des bols à oreilles signés de la faïencerie HB Henriot. Il en possède plus de 700 à son domicile ! Pour la première fois, il dévoile son trésor.

Photo le Télégramme - Steven Lecornu

Rencontre.

Quand avez-vous commencé cette collection ?

C’était il y a une trentaine d’années. J’ai d’abord collectionné des moulins à café avant de m’intéresser à la faïence de Quimper. J’ai commencé par acheter de la vaisselle avant de me concentrer essentiellement sur les bols à oreilles. J’ai pas mal voyagé mais même de Tahiti, j’en achetais. Je faisais livrer des colis chez des amis.

Pourquoi les bols ?
Parce qu’il existe une multitude de décors que l’on ne trouve pas ailleurs. Certains ornements, réalisés par des artistes, sont très fins. Je les ai classés par thèmes : animaux, couple danseurs/sonneurs, bustes de femmes/hommes, fleurons, publicitaires (offerts aux clients), cérémonies… Et par tailles, de 5 à 25 cm de diamètre. C’est une partie du patrimoine breton.

J’arrêterai quand je n’aurai plus de place

Où trouvez-vous vos pièces ?
Dans les brocantes, les commerces de souvenirs, aux enchères et de plus en plus sur internet. Ils doivent être tous signés. Je dépense en moyenne entre 20 et 25 € par unité. Jamais plus de 50 €, c’est ma limite. La plupart des bols n’ont plus trop valeur, les gens n’en veulent plus. Ces objets sont passés de mode depuis les années 80. Ici pourtant, plusieurs familles en possèdent. On m’en donne et j’en achète.

Êtes-vous nombreux à partager cette passion ?
Non, je dois être le seul en France à posséder une telle collection. Jean-Pierre Le Goff, le patron de la faïencerie HB Henriot, est venu chez moi, il n’en revenait pas. Je connais très peu de collectionneurs. J’aimerais créer un réseau pour pouvoir échanger avec d’autres passionnés.

Vous en avez plus de 700, en recherchez-vous encore ?
Oui, j’ai déjà identifié plus de 200 bols que j’aimerais posséder. Il n’existe pas de catalogue officiel, impossible de savoir combien d’unités sont sorties des ateliers Henriot. C’est une quête permanente, c’est ce qui me passionne. J’arrêterai quand je n’aurai plus de place.

Possédez-vous des pièces rares ?
Oui, j’ai un bol qui date de la fin du XIXe siècle et quelques-uns du début du XXe. Je possède aussi des pièces uniques offertes par la faïencerie. Ce sont des essais qui n’ont jamais été commercialisés.

Quelle est votre pièce fétiche ?
J’ai une préférence pour le style Fouillen et plus particulièrement le fils, Maurice. Il a peint des motifs celtiques très originaux entre tradition et fantaisie. Ces pièces ne sont pas simples à trouver.

Les bols sont ressemblants. Comment faites-vous pour ne pas vous méprendre et acheter des doubles ?
J’ai photographié la totalité de mes bols. Tous les clichés figurent dans un catalogue que je transporte avec moi.

Est-il possible de voir votre collection ?
C’est impossible d’organiser une exposition car la collection, trop fragile, n’est pas transportable. Du coup, j’ouvre les portes de mon domicile pour la présenter. Il suffit de me contacter au préalable (tél. 06.19.69.29.63).

Publié le 30 octobre 2017 par Steven Lecornu – © Le Télégramme.

Antiquités. Un salon très couru (le Télégramme).

80 à 90 exposants passionnés d’art, d’antiquité et de design ancien se donnent rendez-vous, du 10 au 12 novembre à Quimper. Cette 40e édition d’un salon très couru sera marquée par deux expositions mettant à l’honneur la faïence et ses artistes.

Photo le Télégramme - D. Tanguy

Philippe Kergonna, organisateur du salon aux côtés de Bernard Verlingue du Musée de la faïence, Jean-Paul Alayse, président des Amis du musée de la faïence et du fils de Micheau-Vernez.

L’Artimon, hall moderne et spacieux du parc des expositions de Penvillers, accueillera cette nouvelle édition qui devrait réjouir les amateurs de meubles anciens et oeuvres d’art, d’argenterie, de tapis persans, d’objets de marine, de faïence de Quimper ou de livres anciens. La librairie ancienne Quadra’arts Ela & Plublishers de l’experte internationale Léoda Scale récemment installée à Carnac et spécialisée dans les beaux livres anciens et les éditions originales viendra notamment présenter une sélection de livres de l’école de Paris, alors qu’au début du siècle dernier, se croisaient dans la capitale une colonie de peintres étrangers tels que Chagall, Picasso, Modigliani et les poètes Apollinaire, Cocteau, Prévert ou Max Jacob, ainsi que des livres rares illustrés par les peintres bretons : Mathurin Méheut, Dauchez, Géo-Fourier ou Adolphe Beaufrère. « Ce sont de véritables pièces de musée qu’elle vend un peu partout dans le monde », précise Philippe Kergonna, organisateur de ce salon, l’un des plus importants de Bretagne, principalement axé sur les antiquités mais qui s’ouvre aussi au design ancien, avec du mobilier vintage ou « indu » très prisé des intérieurs branchés.

Deux expositions pour les 40 ans

Pour marquer les 40 ans de ce salon, dont le succès ne s’est pas démenti puisque près de 8.000 visiteurs sont attendus sur trois jours et que la qualité et la diversité des exposants promettent d’être à nouveau au rendez-vous, deux expositions sont prévues. Le Musée de la faïence et l’association des Amis du musée de la faïence se sont associés à l’événement pour proposer une rétrospective de trois siècles d’histoire de la faïence de Quimper à travers 130 pièces. L’idée est en effet de montrer la forte présence des artistes, une tradition qui se perpétue jusqu’à aujourd’hui. « On a souvent de la faïencerie de Quimper que l’image du petit breton. Or, elle a eu une production très diversifiée. Il y a eu 260 artistes recensés. Je ne connais pas un site industriel français qui puisse se vanter d’en avoir eu autant », souligne Bernard Verlingue, responsable du Musée de la faïence. Parmi ces artistes les plus connus, Mathurin Méheut mais aussi Robert Micheau-Vernez, qui travailla pour Henriot de 1930 à 1960 et réalisera quelque 140 créations. Une exposition de reproductions photographiques d’une soixantaine de ces oeuvres sur le thème des fêtes bretonnes permettra de découvrir la diversité de son travail (peintures, dessins, affiches, illustrations, faïences) et le talent de coloriste de cet artiste passé par les Beaux-Arts de Brest, Nantes et Paris où il a eu pour maître Lucien Simon et suivra en parallèle les cours des Ateliers d’art sacré du peintre Maurice Denis.

Pratique
Salon des antiquités, de la brocante et du design, du 10 au 12 novembre au parc des expositions de Penvillers. Ouvert de 10 h à 19 h. Entrée : 6 €, pass trois jours 10 €, gratuit pour les moins de 16 ans accompagnés. Restauration sur place. Renseignements : 06.63.58.45.86

Publié le 30 octobre 2017 – © Le Télégramme.

Le départ d’Ingrid POUDER, assistante principale au Musée de la Faïence de Quimper.

Le vendredi 27 octobre, s’est tenue une réception pour marquer le départ d’Ingrid POUDER, assistante principale au Musée de la Faïence de Quimper depuis plus de 5 ans.

le vendredi 27 octobre 2017

Elle était entourée de nombreux membres de notre association, du personnel du Musée et de la faïencerie Henriot Quimper, ainsi que de l’agence de communication So HO !.Départ d'Ingrid POUDER assistante principale au Musée de la Faïence de Quimper.Ingrid voulait retourner dans sa région d’origine, près de Valence. Au nom de l’association nous lui souhaitons une pleine réussite dans ses futurs projets.

le vendredi 27 octobre 2017

Ingrid reçoit un pichet en forme de Bigoudène de l’artiste Charles MAILLARD.

Bernard VERLINGUE directeur du Musée, nous a présenté son remplaçant M. Jérémy VAROQUIER.

Après un Master en patrimoine, Jérémy a travaillé pendant 2 saisons au Manoir de Squividan à Clohars-Fouesnant (lieu géré par le Musée breton pour le département du Finistère).

Nous lui souhaitons beaucoup de réussite dans ses nouvelles fonctions.

le vendredi 27 octobre 2017

Jérémy VAROQUIER et Ingrid POUDER, devant le panneau mural aux Polynésiennes de Nicolas PESCE.

40ème Salon « Antiquités Brocante Design » de Quimper du 10 au 12 novembre 2017.

La 40ème édition du salon « Antiquités Brocante Design » se tiendra du 10 au 12 novembre 2017 au parc des expositions de Quimper.

Affiche du salon

Comme tous les ans l’association des Amis du Musée et de la faïence de Quimper sera présente sur le salon. elle disposera d’un stand où vous pourrez échanger avec ses membres, vous renseigner et adhérer (voir le bulletin d’adhésion). L’ensemble de nos publications sera disponible (lien).

Pour son 40ème anniversaire l’organisateur du salon (Philippe Kergonna) a confié à notre association la présentation d’une grande exposition sur la faïence de Quimper (sur 400 m²). Une présentation des oeuvres de l’artiste Robert Micheau-Vernez viendra compléter cette exposition.

Nous vous attendons nombreux, à bientôt.

Les informations pratiques :
Parc des expositions de Quimper-Cornouaille (Penvillers)
Le 10, 11 et 12 novembre 2017
6 € l’entrée

Les publications à paraître en cette fin d’année 2017.

En cette fin d’année, quelques ouvrages sont édités sur les artistes ayant collaborés aux manufactures quimpéroises.


René-Yves CRESTON – « Un artiste breton en quête d’altérité »

Sous la direction de Fañch Postic et Jean-François Simon
(Gildas Buron, Padraig Creston, Daniel Le Couédic, Daniel Sicard, Olivier Levasseur, Régine Cajon-Fournier, Danick Breny, Michel Oiry, Sébastien Carney, Grégory Moigne, Saphyr Creston et Philippe Le Stum).
éditions du CRBC (Centre de Recherche Breton Celtique) – Collection Collecteurs 
328 pages – 16 x 24 cm – 23 € (ISBN 979-10-92331-29-5).

René-Yves CRESTON CRBC 2017Livre à paraître au mois d’octobre 2017.

En avril 2015 se tenait à Batz-sur-mer (44) un colloque co-organisé par le CRBC et le Musée des Marais Salants sur l’artiste René-Yves Creston. Les actes du colloques sont désormais disponibles sous la forme d’un ouvrage de plus de 300 pages.

Depuis quelques années les expositions se succèdent sur l’artiste, en 2013 le Musée de la faïence de Quimper (RY Creston du trait à la faïence et Suzanne Candré-Creston) et le Musée Mathurin Méheut de Lamballe (En mer avec Méheut et Creston), en 2015 le Musée des Marais Salants de Batz-sur-Mer (RY Creston l’instant du geste) et en 2016/2017 le Musée de Fécamp (Du geste au dessin, RY Creston un artiste sur les chalutiers fécampois).

La thématique de la faïence de Quimper n’étant pas totalement traitée dans ce dernier ouvrage, on pourra compléter cette lecture par l’article de M. Olivier Levasseur paru en début d’année dans le bulletin 2016 de la Société Archéologique du Finistère (tome 144 – R-Y Creston : quarante ans de céramique).


Robert MICHEAU-VERNEZ – « Alchimiste de la couleur »

Jean Marc Michaud, avec la collaboration de Mikaël Micheau-Vernez.
éditions Coop Breizh
240 pages – 22 x 28 cm – 35 €.

Robert MICHEAU-VERNEZ COOP BREIZH 2017

Livre à paraître le 10 DECEMBRE 2017.

Sous l’impulsion de M. Mikaël Micheau-Vernez parait un nouvel ouvrage sur l’artiste brestois. Ce livre est signé de M. Jean-Marc Michaud commissaire de l’exposition du Musée du Faouët en 2009. Le catalogue édité à cette occasion était épuisé depuis quelques années (Micheau-Vernez 1907-1989, Liv’éditions).

Le Musée de la faïence lui avait consacré une monographie de son oeuvre céramique en 2004. Quelques exemplaires sont encore disponibles (lien).


Seiz Breur – « Pour un art moderne en Bretagne 1923 1947 »

Pascal Aumasson.
éditions Locus Solus
192 pages – 18 x 22 cm – 25 €.

SEIZ BREUR LOCUS SOLUS 2017

Livre à paraître le 8 décembre 2017.

L’ancien conservateur du Musée des Beaux-Arts de Brest signe un ouvrage sur le mouvement des Seiz Breur. Ce groupe d’artistes a laissé une trace profonde dans la céramique Bretonne des années 20 et 30. Les arts graphiques et le mobilier sont également traités dans ce livre d’art. Cet ouvrage vient combler un vide, depuis la disparition des éditions Palantines qui avaient rééditées le catalogue de l’exposition itinérante des Musées de Bretagne au début des années 2000 (Ar Seiz Breur – « La création Bretonne entre tradition et modernité).

Pour rappel, le Musée de la faïence de Quimper a consacré son exposition de l’année 1993 à ce groupe d’artistes sous le titre : « Ar Seiz Breur – Les Sept Frères 1923-1947 – Rénovation de l’Art Traditionnel ».