Femmes et enfants de faïence au musée (Ouest-France)

Robert Micheau-Vernez

Photo : Itron Varia Breiz Izel, Robert Micheau-Vernez, Henriot. | Archives Ouest-France

Pour ses 25 ans, le musée de la faïence, situé dans le quartier de Locmaria, présente une exposition temporaire pleine d’émotion : Les femmes et les enfants d’abord…

Une dizaine de pièces, de toutes tailles, ont été rassemblées par le conservateur du musée Bernard Verlingue. Ces faïences, parfois cocasses, évoquent les différentes étapes de la vie : les premiers pas des enfants, les jeux, le travail et les relations avec les aïeux.

Les représentations des mères et de leurs protégés existent depuis le début des manufactures. Alfred Beau se saisit de ce thème pour la manufacture Porquier au début du XXe siècle.

Jusqu’au 30 septembre, Musée de la faïence, 14, rue Jean-Baptiste Bousquet. Du lundi au samedi, de 10 h à 18 h, sans interruption. Tél. 02 98 90 12 72.

Publié le 25/07/2016 – © Ouest-France

Suivez-nous sur :

Exposition Jacques Villeglé chez Henriot-Quimper (Ouest-France)

Jacques Villeglé

Photo : La galerie de la manufacture Henriot consacre une exposition à Jacques Villeglé. | Archives Ouest-France

La galerie de la manufacture Henriot, à Locmaria, rend hommage à l’artiste quimpérois à l’occasion de ses 90 ans.

Peintre et plasticien, chef de file des affichistes et inventeur d’un alphabet sociopolitique, Jacques Villeglé est l’un des signataires du manifeste du Nouveau réalisme, avec Arman, Yves Klein ou Jean Tinguely.

Le lieu présente une série de 31 oeuvres réalisées entre 1993 et 2016, peintures, aquarelles, gouaches et autres cubes de faïence qu’il a imaginés et fait réaliser cette année par la manufacture Henriot-Quimper.

Le visiteur peut également découvrir son emblématique alphabet sociopolitique.

Du lundi au samedi, de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h. Exposition visible gratuitement, à la galerie de la manufacture Henriot, place Bérardier, à Locmaria.

Publié le 20/07/2016 – © Ouest-France

Suivez-nous sur :

Elles offrent une seconde jeunesse au violoncelle (Ouest-France)

Régine Guyomarc'h

Photo : Danièle Bolloré de l’Institut de France et la restauratrice de faïence Régine Guyomarc’h viennent de restaurer un violoncelle décoré qui date de 1875. |

La restauratrice de faïence Régine Guyomarc’h vient de ramener à la vie, un violoncelle de 1875. Après six semaines de soins, la pièce unique retourne dans les salles du Manoir de Kérazan.

« Je n’ai jamais traité une telle pièce, unique et si précieuse. » Régine Guyomarc’h est aux anges. Elle vient de terminer la restauration d’un violoncelle en faïence. Oui, mais pas n’importe lequel. Le seul réalisé à taille réelle, orné de dessins et encore aujourd’hui conservé.

Quinze échecs

Selon la légende qui entoure l’objet, il y aurait eu quinze échecs avant la réalisation de l’instrument. Trop ou mal cuite, la faïence aurait cédé. « Plus la cuisson est longue et moins on la maîtrise », assure Régine Guyomarc’h.

L’objet est une pièce unique qui appartient aux collections du manoir de Kérazan à Loctudy. Avant de venir en restauration, il était situé dans un cabinet entièrement décoré d’oeuvres d’Alfred Beau.

Propriété de Joseph Astor jusqu’à sa disparition en 1901, le violoncelle a ensuite été légué à l’Institut de France comme l’ensemble des biens du collectionneur et selon la volonté du légataire, conservé in situ.

« Conserver en l’état ne veut pas dire dans un mauvais état », souligne Danièle Bolloré, l’une des administratrices du domaine de Kérazan. C’est elle qui a remarqué la fragilité extrême de la « bête », il y a quelques mois.

Parmi les nombreux bobos constatés, des felles apparues au moment de la cuisson de l’oeuvre, puis masquées, mettaient en danger l’intégrité de l’oeuvre réalisée d’un seul tenant. « Les felles, recouvertes de stuc et repeintes, ont fini par se rejoindre pour former des morceaux », mine Régine Guyomarc’h.

Pendant six semaines de travail intensif, elle a photographié, nettoyé, collé, bouché et repeint les affres du temps qui mettaient en péril le violoncelle. Un travail de bénédictin qui représente « une très grosse somme », glissent les protagonistes, fiers de redonner vie à une oeuvre exceptionnelle.

L’exploit artistique est le fait du peintre Alfred Beau. « Lorsqu’il est venu s’installer à Quimper, dans les années 1870, Beau a permis à la ville de sortir de l’aire industrielle et utilitaire de la faïence pour la faire entrer dans la sphère artistique », explique la restauratrice qui connaît son sujet sans faille.

D’une hauteur de 1 m 20, l’instrument fait pour l’ornementation est recouvert de motifs floraux sur les côtés. Sur l’avant et l’arrière, des scènes figurent des scènes champêtres et des angelots musiciens.

« Il y a un détail du trait et un ombrage des visages qui n’existe nulle part ailleurs en faïence », assure la restauratrice installée depuis 16 ans près du Palais de justice de Quimper.

Désormais consolidé, le violoncelle de faïence d’Alfred Le beau va réintégrer ces jours-ci les collections du Manoir de Kérazan.

Carole TYMEN.

Publié le 18/07/2016 – © Ouest-France

Suivez-nous sur :

Morlaix – Enchères exceptionnelles de Faïence de Quimper (Ouest-France)

L’hôtel des ventes de Morlaix organise ce mardi 4 juillet après-midi des enchères de faïences de la manufacture de Quimper. Certaines pièces remarquables sont estimées jusqu’à 20 000 €.

« L’idée de cette vente c’est de valoriser l’identité de la région », annonce François Dupont, commissaire-priseur de l’hôtel des ventes de Morlaix. Plus de 400 objets et meubles, dont la plupart proviennent de la manufacture de Quimper seront ce mardi après-midi (à partir de 14h30) mis aux enchères. Les acquéreurs potentiels pourront découvrir des pièces en grès et faïence exceptionnelles. « Cela faisait une dizaine d’années qu’on n’avait pas vu autant d’objets de qualité » remarque François Dupont.

Vases Odetta, sujets en grès et assiettes en faïence, les estimations vont de 10 à 15 € pour les plus petites pièces et jusqu’à 20 000 € pour les objets les plus rares.

Morlaix


Photo : Plus de 400 objets et meubles de Bretagne seront mis aux enchères ce mardi après-midi à l’hôtel de ventes de Morlaix, dont plusieurs faïences et grès de la manufacture de Quimper. | Ouest-France

Parmi les pièces d’exception, des sujets en grès et faïence de Georges Robin, un sculpteur breton de la première moitié du XXe siècle. Les estimations vont de 2 800 à 3 200 € pour la femme en prière, à 6 000 à 7 000 euros pour la Paludière en bêche. Plusieurs vases de René Beauclair sont également mis aux enchères, notamment un très grand vase tronconique estimé entre 12 000 et 15 000 €.

La pièce la plus chère est le buste d’une femme du Fouta Djallon en grès et rehaut d’or, un tirage de l’époque de l’Exposition coloniale de 1931 estimé entre 15 000 et 20 000 €.

Pauline LE MORLEC

Publié le 04/07/2016 – © Ouest-France

Suivez-nous sur :